Faits divers/ Nigeria: Sukyama Irmiya vole un bébé jumeau pour être aussi appelé mère

0
155

“J’ai volé le bébé pour que moi aussi je sois appelée mère » Sukyama Irmiya

Une femme de 30 ans répondant au nom de Sukyama Irmiya, a volé un bébé jumeau dans le service de l’hôpital universitaire Abubakar Tafawa Balewa (ATBUTH), dans l’État de Bauchi au Nigeria le 22 septembre dernier. Elle a demandé pardon après la découverte du pot aux roses.

Le bébé de 14 jours, Ibrahim Mohammed, a été volé le mercredi 21 septembre 2022 par la suspecte qui se faisait passer pour un membre du personnel hospitalier. Des agents de sécurité ont récupéré le bébé le mardi 27 septembre 2022 et ont arrêté la suspecte.


Irmiya a affirmé qu’elle avait volé le bébé en raison de la frustration causée par les moqueries constantes de ses amis et des membres de la famille de son mari, à cause de son incapacité à tomber enceinte.

L’air plein de remords en parlant aux journalistes au siège du commandement de la police de l’État de Bauchi, la femme a déclaré qu’elle regrettait son acte et préférait la mort à la honte qu’elle s’était attirée par cet acte.

“J’ai réalisé mes erreurs, vous ne pouvez ressentir ce que j’ai ressenti lorsque vous vous retrouvez dans ma situation précaire. C’est devenu une blessure dans mon cœur dans la mesure où je préfère être morte maintenant que d’endurer cette honte à laquelle je fais face actuellement», a-t-elle dit.

“Je suis comme un cadavre ambulant, je suis prête à mourir maintenant mais j’exige le pardon total de Dieu et de tous ceux qui sont blessés par mes actions. Si je trouve la faveur du pardon des parents du bébé, je serai très reconnaissante à Dieu.”, a t-elle ajouté.

Les faits

“Je m’appelle Sukyama Irmiya, je viens de Kanam LGA dans l’État du Plateau. J’ai 30 ans. Je suis venue à Bauchi pour voir un médecin et de là, je suis allée à l’hôpital universitaire (ATBUTH) pour le rendez vous. Une fois sur les lieux, j’ai ensuite changé d’avis à cause de l’état dans lequel je me trouvais », a-t-elle raconté.

“Je me suis dite que même si je rencontrais le médecin, tout était question de procréer et je n’ai pas de mari parce que j’ai été chassée de mon mariage, donc il n’y a aucun espoir de procréer ».

Sur la façon dont elle a pu prendre le bébé, Sukyama Irmiya a déclaré :

« Je suis entrée dans la salle et j’ai volé un enfant. J’ai volé l’enfant parce que je le voulais, je veux m’en occuper comme de mon propre enfant, c’est la raison pour laquelle je suis allée chercher un nouveau-né. J’avais essayé d’en adopter un mais je n’ai pas pu en avoir car il n’y avait pas d’enfant en bas âge disponible à l’orphelinat où je suis allée. Je ne l’ai pas fait avec des arrière-pensées, je veux juste un bébé pour que moi aussi je sois appelée une mère. Après avoir pris le bébé, je suis allée au village avec lui. Je répète que je l’ai fait avec les bonnes intentions d’élever le bébé du fond du cœur. Je demande pardon aux parents et aux autres personnes touchées par l’acte. Je veux que Dieu me pardonne, l’autorité doit être indulgente avec moi. Je sais que j’ai offensé Dieu, s’il vous plaît, pardonnez-moi.”

“Je suis entrée à l’hôpital avec confiance, je me suis introduite dans le service et j’ai rencontré la femme, je l’ai engagée dans des conversations amicales et elle s’est détendue avec moi« , a-t-elle raconté.

“Je lui ai demandée si elle avait des jumeaux et elle a répondu oui, je lui ai alors demandée maintenant que tu es malade, comment allaites-tu les enfants, elle m’a dit qu’elle leur donnait du lait. Je lui ai demandée si je pouvais voir à quoi ils ressemblent, et elle m’a permise de le faire. “Immédiatement j’ai pris le bébé, mon cœur m’a dit d’agir comme la mère et de partir. Je lui ai alors dit que je reviendrais, j’ai quitté l’hôpital et je suis partie avec le bébé. J’ai suivi l’entrée principale de la route principale et suis montée à bord d’un Keke et suis allée au village appelé Za’a dans la LGA de Kanam. »

La voleuse de bébé a par la suite été arrêtée par la police après des enquêtes et le bébé a été récupéré Sain et sauf