Gabon Politique/ Pierre Claver Maganga Moussavou sans langue de bois : »si les choses restent en l’état jusqu’en 2023 alors ils vont devoir nous tuer tous pour gouverner »

0
364

Libreville le 30 octobre 2022 Globe INFOS. Le 26 octobre dernier, le Président du Parti Social Démocrate Pierre Claver Maganga Moussavou a animé une conférence de presse au siège du parti sis à l’ancien Sobraga, au cours de laquelle l’ex-vice président de la République a parlé sans langue de bois, donnant ainsi suite à son récent séjour dans le département de L’Ogoulou Mimongo pour les élections législatives partielles où son candidat était en liste.

Dans son préambule, l’homme politique et potentiel futur candidat aux l’élections présidentielles de 2023, a dénoncé les pratiques peux orthodoxes mis en place par son adversaire du parti au pouvoir lors des élections législatives partielles du département de L’Ogoulou Mimongo.

Les faits dénoncés par l’homme politique

Ce qu’il considère comme étant une mascarade électorale dans L’Ogoulou Mimongo lors des élections législatives partielles.

« du jamais vu nous savions que la tricherie et autres malversations sont leur marque de fabrique mais là c’était trop flagrant. Comment voulez-vous que l’on parle de transparence électorale si le candidat suppléant du PDG (notre adversaire), est celui qui a fait louer son véhicule au membres du CGE et dont lui-même était le chauffeur pour transporter les urnes ? » S’est exclamé l’homme politique.

« Comment pensez-vous que l’on parle de transparence électorale si les voies d’accès au siège où a eu lieu la fameuse élection n’existent pratiquement pas?. Pour s’y rendre. Il faut faire 32 kilomètres à pied, ou à défaut emprunter des voies de contournement qui t’emmènent dans trois provinces différentes avant d’y arriver. »

« Comment parler de transparence électorale si tous les membres du C.G.E commis pour venir gérer l’élection étaient tous d’okondja un déplacement du haut Ogooué la province la plus peuplée du Gabon (suivez mon regard) et base stratégique du PDG au pouvoir? » S’est-il interrogé.

Pour ne citer que ces quelques exemples, Pierre Claver Maganga Moussavou estime que si ceux qui gèrent l’actuelle cour constitutionnelle et le CGE ont encore un peu de dignité, de respect et d’amour pour ce pays que cette mascarade soit tout simplement annulée au risque que celle si sonne comme une alerte pour les élections présidentielles avenir.

» eu égard à tous qui se passe actuellement dans pays, je pose la question de savoir où est-ce que le Président de la République et ses collaborateurs veulent entraîner ce pays. J’ai reçu tout dernièrement un faux document comme étant le décret qui a mis fin à mes fonctions de Vice Président de la République. Une aberration lorsqu’on sait que le Président de la République convalescent à la date de signature qui est sur le document ne pouvait pas signer si oui pas aussi bien. Conclusion c’est une signature scannée par conséquent, ce document est faux. Mieux j’avais commis un huissier de justice lors de mon éviction à ce poste et la réponse reçue par ce dernier était claire « il n’y a pas de décret » mais miraculeusement ce décret sort aujourd’hui et je n’ai reçu qu’une copie. Tout simplement parce que j’ai demandé que mes conseillers et moi rentrons dans nos droits » a déclaré le fils de l’angounié.

« Au regard de tout ce qui précède, j’exige que l’actuelle cour constitutionnelle et le CGE soient tout simplement disqualifiés pour l’organisation des élections présidentielles avenir car, j’ai peur pour ce pays. En 2023 si les choses restent comme telles, il faudrait alors tous nous tuer pour régner. Mais attention car, ce sont eux qui ont plus à perdre que nous les faibles et je peux vous rassurer que plus rien ne sera comme avant » a-t-il conclu.