Gabon/08 mars 2022 : les femmes réclament plus de visibilité au sein des instances décisionnelles

0
273

Libreville le 09 mars 2022 Globe INFOS (GI). L’immeuble Arambo siège du Ministère de l’économie sis au boulevard triomphal a servi de cadre au ministre des Affaires sociales et des Droits des femmes, qui a organisé hier mardi 08 mars 2022, une série d’activités dans la capitale gabonaise à l’occasion de la journée internationale des droits des femmes, rapporte une journaliste de (Be woman magazine ).

Placé sous le thème « l’égalité aujourd’hui pour un avenir durable« , cette rencontre de haut niveau qui revêt une importance particulière, a été rehaussée par la présence de : Madame Prisca Nlend kolo (Ministre des affaires sociales et des droits des femmes), Mme Marie Louise Enie (Presidente de la société civile), Mme Savina Amanassari (coordinatrice des Nations unies)Mme Ramata Almamy Mbaye (Directrice des Sciences humaines et sociales ICESCO Islamique ), Mme Berre (ministre de la Fonction publique), Patrick Obiang ndong (ministre de la Santé), Daouda (ministre de l’Education nationale). D’autres personnalités y ont également assisté à cette rencontre. Des intervenants triés sur le volet.

Les échanges ont surtout porté sur « l’élimination des inégalités, catalyseur
de développement durable et les enjeux des changements climatiques Quid de l’impact sur les femmes. »

Prenant la parole, la présidente de l’Association pour la défense des droits de la femme et de l’enfant (ADDEF), Marie Louise, a indiqué que le 8 mars ne suffit pas pour faire aboutir la lutte des femmes pour leurs droits. « Malgré les progrès considérables accomplis en vue de parvenir à l’égalité hommes femmes dans le monde du travail, certains facteurs semblent empêcher que ce phénomène prenne de l’ampleur », a-t-elle souligné.

Pour sa part, la coordinatrice des Nations unies a réaffirmé que célébrer la journée internationale des droits de la femme est une occasion donnée à celles-ci pour une expression libre sur les difficultés et autres inégalités qu’elles subissent au quotidien. Elle fait référence à l’objectif n°5 qui vise à réaliser l’égalité des sexes et autonomiser toutes les femmes et les filles, tel que mentionné dans les 17 objectifs de développement durable (ODD).

La Ministre des Affaires sociales et des droits des femmes a, quant à elle précisé que le thème proposé à la réflexion de la communauté internationale par l’organisme des nations unies s’inscrit dans le contexte de la crise climatique actuel. Il s’agit de l’égalité aujourd’hui pour un avenir durable.

« Les femmes sont au coeur de la problématique du changement climatique et elles doivent y avoir un mot à dire sur la sphère décisionnelle et stratégique », a-t-elle ajouté.

Instaurée depuis 1910, le Gabon célèbre chaque 8 mars la journée internationale des droits des femmes. Au niveau national, il est institué une journée dédiée également à la femme, mais qui est célébrée, elle, chaque 17 avril. Cette dernière rentre dans le cadre de la politique des autorités gabonaises quant à la place que doivent occuper les femmes.

Le président Ali Bongo Ondimba milite pour la parité au sein des institutions du pays. Plusieurs femmes occupent aujourd’hui des postes de haut niveau et sont régulièrement promues au sein des différents gouvernements.

D’après les autorités, les dix prochaines années sont dédiées à la femme. Véritable opportunité offerte aux femmes pour s’affirmer de plus en plus.

« C’est un honneur d’être valorisée et pour les autres femmes le combat continue », s’est réjouit une participante.

Josepha kelia pour Globe INFOS